Le marché de la sneakers est très spécifique et ne ressemble en rien aux autres marchés spéculatifs.
Depuis plusieurs années, les sneakers sont devenues des actifs très rentables, où l'on peut doubler ou tripler sa mise en quelques heures et faire de gros bénéfices. Néanmoins, avant d'investir dans les sneakers, il faut comprendre ce marché, être au courant des tendances et anticiper la demande sur les modèles.


Le sujet est à la fois simple et complexe. Parfois, il suffit de s'informer sur des groupes spécialisés sur Facebook pour comprendre la hype sur un modèle...parfois il faut pousser l'analyse de manière plus approfondie pour anticiper la stratégie de la marque.

Dans un article publié dans les Echos en 2016, le journal annonçait

“La part des ventes de baskets sportives atteignent des sommets à quelque trois milliards d’euros. Au début de l’année 2017, le marché progresse encore pour atteindre 20%”.

En 2018, en France, plus d'une chaussure de sport vendue sur deux est une sneakers. Chaque mois, les marques de streetwear les plus populaires sortent de nouveaux modèles limités, rare.

S'informer

Pour comprendre le marché de la sneakers, vous devez consacrer du temps à faire de la veille sur cette thématique.
Vous pouvez suivre des blogs de sneakers et streetwear, suivre des shops, des marques ou encore des créateurs sur Twitter ou Instagram et rejoindre des groupes spécialisés sur Facebook. Il en existe des centaines, en France et à l'international.

Comprendre la côte d'une paire à la revente

Avant de vouloir faire du "business" en revendant des paires de sneakers, il faut bien comprendre que 80% des sneakers qui sortent de vont pas prendre de la valeur. Seules 20% seront des paires limités qui pourront se revendre en réalisant une marge.

Sneakers are around a $55 billion global industry with a $1 billion resale market. Hypebeasts and sneakerheads help this market thrive along with brands who release limited edition, “rare” kicks.

Les critères permettant de savoir si une paire va côter sont relativement larges, mais il est bon de savoir que les principales marques de sneakers qui se revendent sont des Nike, Jordan ou Adidas.

Selon la quantité (information qui leak parfois sur Twitter), le co-branding,  le modèle ou encore l'exclusivité ou non dans un pays ou continent, vous pouvez avoir un ordre d'idée de la demande qu'il y a aura sur une paire de sneakers.

La Air Max 1/97 Sean Wotherspoon Sean Wotherspoon est un excellent exemple. Sortie en avant-première aux Etats-Unis, la côte sur cette paire coutant 160 euros retail s'envolait à plus de 1000 euros sur le marché européen. Aujourd'hui, après une release générale, on la trouve encore aux alentours de 600/700 euros neuve.

La collection "The Ten" de Virgil Abloh pour Nike aura marqué l'histoire de la sneakers mais aussi du ressel. En mélangeant un marketing habile, créant du désir sur ces 10 paires exclusives disponibles en one-shot et en quantités limités, les prix ont littéralement explosé.

Depuis, Nike a décliné la collection avec des dizaines de colorways et la côte de ces paires n'égale pas les modèles OG. Récemment, la Zoom Fly x Off White Pink a vu sa côte tomber proche du prix retail.

L'ancienneté est également un facteur important. Certains modèles sortis il y a plusieurs années vont prendre de la valeur au fur et à mesure que le temps passe.

Par exemple, la Air Max 1 Patta Chlorophyll, sortie en 2009 (bientôt 10 ans) se revend aujourd'hui dans les alentours de 1000 euros neuve et pas moins de 600e d'occasion. Un investissement rentable quand on sait que le prix d'origine était de 110 euros.

Image from StockX

Pourquoi la valeur d'une paire s'effondre ?

Il est quasiment impossible d'anticiper la chute de la valeur d'une sneakers. En effet, les stratégies marketing des marques ne sont pas publiques. Ainsi, prévoir qu'une paire limitée va "restock" (ressortir sur le marché) est compliqué et risque de provoquer la chute brutale de la côte d'une paire.

Dernièrement, Adidas a décidé de ressortir de nombreux modèles de Yeezy, en grande quantité. Certains modèles comme la Zebra qui se revendaient très bien se trouvent désormais au prix retail. Idem pour de nombreux autres modèles de Yeezy Boost 350 ou 700.

Si vous aviez décidé d'acheter dans le passé des dizaines de paires pour les revendre au prix fort plusieurs années plus tard, le projet tombe à l'eau.

Quelques exemples

RETAIL 250$ / RESSEL 2550$
RETAIL 150$ / RESSEL 550$
RETAIL 220$ / RESSEL 550$
RETAIL 350$ / RESSEL +1100$